You are here

Médaille Gabrielle-Léger pour l’ensemble des réalisations en conservation du patrimoine

2014 2013 | 2012 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2002 | 1998 | 1997 | 1996 | 1995 | 1994 | 1993 |1992 | 1991 | 1990 | 1988 | 1986 1983 | 1981 | 1979 | 1978

2014

Pre Christina Cameron

La Pre Christina Cameron est une spécialiste de renommée internationale de la conservation du patrimoine, hautement considérée pour ses contributions exceptionnelles à la théorie et aux politiques du patrimoine. Elle personnifie sans doute mieux que quiconque la conservation du patrimoine au Canada, aux yeux aussi bien des Canadiens que du milieu mondial du patrimoine culturel.

Universitaire chevronnée s’intéressant à la littérature, aux arts, à l’histoire de l’architecture et aux études muséales, la Pre Cameron possède une maîtrise en histoire de l’art de l’Université Brown et un doctorat en histoire de l’architecture de l’Université Laval.

En savoir plus

 


2013

Mr. LeBlanc

M. François LeBlanc, Ottawa (Ontario)

Voilà plus de 40 ans que François LeBlanc travaille inlassablement et efficacement comme architecte, préservateur, auteur et éducateur afin de créer un milieu vigoureux de la conservation du patrimoine au Canada et à l’étranger.
 
Respecté et admiré par ses pairs, M. LeBlanc est considéré comme un penseur exceptionnel en matière de conservation du patrimoine. Réputé pour son caractère modeste et accessible, sa générosité et sa véritable passion, il a fait une carrière de rêve.
 
Tout a commencé en 1971 chez Parcs Canada, où M. LeBlanc était architecte en chef responsable des monuments historiques de la période française. Il deviendra ensuite responsable de l’ingénierie et de l’architecture pour la région du Québec, assumant la charge d’importants lieux historiques nationaux tels que les forges de Saint-Maurice, le fort Chambly, le canal de Lachine et les fortifications de Québec.
 
 
 

2012

Jim Bezanson, Saint John (New Brunswick)

Jim Bezanson

Jim Bezanson est tout à la fois passionné défenseur du patrimoine, éducateur, conférencier, bénévole, architecte, planificateur, consultant et entrepreneur en construction, depuis plus de 35 ans.

Il a grandi sur la côte Est de la Nouvelle-Écosse, où il a travaillé à l’Inventaire des bâtiments historiques du Canada en 1975. Il est par la suite entré à l’emploi de la Section de la restauration de Parcs Canada, s’occupant de projets dans l’ensemble des provinces de l’Atlantique. De 1980 à 1990, M. Bezanson a vécu à Vancouver. Il y a collaboré au premier programme sur la conservation du patrimoine et il a aidé à créer le premier programme – primé – des métiers du patrimoine au Collège communautaire de Vancouver, dont il sera le principal instructeur. Il a ensuite lancé son propre cabinet d’architecture et de planification spécialisé dans le réaménagement respectueux des bâtiments du patrimoine. Bon nombre de ses projets ont reçu des prix.

En 1990, il est devenu l’agent de mise en valeur du patrimoine de la ville de Saint-Jean (Nouveau-Brunswick), et il a joué un rôle clé dans l’évolution du mouvement de défense du patrimoine dans la ville. Il a aussi prodigué des conseils pour plus de 3000 projets de conservation du patrimoine. Son action a permis de sauver de nombreux immeubles de la démolition, y compris la première bibliothèque Carnegie au Canada. Grâce à ses efforts, des districts désignés du patrimoine ont été créés dans la ville et des centaines de sites revêtant une importance culturelle ont été ajoutés au Répertoire canadien des lieux patrimoniaux. M. Bezanson s’est employé à faire reconnaître la ville de Saint-Jean comme lauréate du Prix du prince de Galles en 2004.

Pour en savoir plus


2010

Susan Bronson, Montreal (Quebec)

Depuis plus de 30 ans, Susan Bronson soutient la cause du patrimoine d’une manière dévouée et inlassable. Cette architecte membre de l’Ordre, qui a des compétences spécialisées en conservation du patrimoine, en histoire urbaine, de même qu’en histoire et en théorie de la conservation, travaille en cabinet privé comme architecte et experte-conseil en patrimoine. Susan Bronson donne généreusement de son temps et apporte son talent à de nombreux organismes, dont les conseils d’administration de l’Association internationale pour la préservation et ses techniques (APT), des Amis du boulevard Saint-Laurent et de Mémoire du Mile End. En sa qualité d’éducatrice, Susan a aidé à mettre sur pied, à coordonner et à diriger trois vastes voyages d’études pour l’Assemblée générale 2008 de l’ICOMOS. L’éventail des compétences et l’étendue des connaissances de ses étudiants diplômés témoignent directement de son talent comme éducatrice. Par son enseignement et ses écrits, Susan communique sa profonde conviction quant au lien essentiel qui existe entre la conservation et la durabilité environnementale, sociale et économique. Elle a contribué à stimuler la recherche dans ce domaine en cernant son importance à une époque où ce n’était pas une question d’intérêt général. Susan Bronson a été honorée au cours de la cérémonie de remise des prix et réception à St. John’s en Octobre 2010.


2009

Dr. Harold Kalman, Vancouver (Colombie-Britannique)

Harold (Hal) Kalman est réputé à l’échelle mondiale à titre de praticien, théoricien, auteur et éducateur dans le domaine de la conservation du patrimoine. Il est le premier expert-conseil professionnel au Canada en la matière. Ses activités foisonnantes en ont fait un chef de file respecté depuis plus de 30 ans.

Hal Kalman a ouvert son premier cabinet à Ottawa en 1975. En 1984, il fonde avec John Stewart la société Commonwealth Historic Resource Management, première entreprise canadienne offrant une gamme complète de services en conservation.

Les nombreuses lettres appuyant la candidature de Hal Kalman ont souligné sa détermination, ses qualités intellectuelles, ses connaissances, ses talents et sa passion. Sa longue liste de publications, ses réalisations dans les services publics et professionnels ainsi que ses contributions dans le domaine de l’enseignement ont fait de Harold Kalman une personnalité sans cesse aux premiers rangs dans l’évolution de la conservation du patrimoine au Canada.

 


2008

Julian Smith, Ottawa (Ontario)

Pendant plus de 30 ans, Julian Smith, chercheur, éducateur, architecte et humaniste, a été un chef de file dans les efforts consacrés à la conservation des lieux historiques du Canada.

En dirigeant le cabinet d’architectes Julian Smith & Associates, il a acquis une renommée nationale et internationale grâce à son travail en conservation, restauration et réutilisation adaptée d’immeubles historiques. Il est particulièrement réputé pour son aptitude à intégrer des éléments contemporains respectueux des cadres historiques et pour les plans directeurs, études de design urbain et plans de quartiers patrimoniaux qu’il a produits pour d’importants lieux urbains et ruraux. 

Il a créé en 1989, puis dirigé pendant 17 ans un des premiers programmes canadiens d’études supérieures en conservation du patrimoine, à l’Université Carleton d’Ottawa. Il est ainsi devenu le mentor de nombreux intervenants travaillant aujourd’hui dans le domaine de la conservation. 

 


2007

Jacques Dalibard, Ottawa (Ontario)

Jacques Dalibard s’est longuement voué à la pratique et la gestion de la conservation du patrimoine au Canada. En tant que principal architecte en restauration du gouvernement fédéral et directeur d’une nouvelle équipe de spécialistes en conservation entre 1968 et 1977, il a élaboré et appliqué des solutions technologiques et philosophiques modernes à la conservation de nombreux lieux historiques nationaux – y compris Lower Fort Garry en Manitoba, le canal Rideau à Ottawa et Dawson au Yukon.

En tant que chef de file émergeant du milieu du patrimoine, il est devenu actif dans le nouveau Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et il a joué un rôle clé dans la création d’ICOMOS Canada. Avec un groupe de collègues canadiens et américains, il a aussi mis sur pied l’Association internationale pour la préservation et ses techniques (APT) un organisme interdisciplinaire consacré à la promotion de la meilleure technologie pour conserver les structures historiques et leurs décors. Au cours de son engagement avec APT il a exercé la fonction de rédacteur et il en sera par la suite président.

De 1978 à 1995, il est directeur général de la fondation Héritage Canada, où il créera et dirigera divers programmes y compris Rues principales, Régions patrimoniales, Canadian Centre for Livable Cities, Réseau canadien du patrimoine.

L’éducation et la formation ont toujours été des priorités de Jacques Dalibard. Il a donné des cours en Europe, aux États-Unis et au Canada. Dans la décennie précédant son départ à la retraite en 2005, il a enseigné à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.


2006

William F.W. Neville, Winnipeg (Manitoba)

Par ses états de service dans la fonction publique à titre de conseiller municipal de Winnipeg, de président du Historical Buildings Committee de Winnipeg et du Conseil manitobain du patrimoine, de membre du Conseil d’administration de Heritage Winnipeg et de représentant du Manitoba à la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, M. William Neville a été une source d’inspiration pour l’administration municipale, pour le gouvernement provincial, pour les organismes du patrimoine et pour les citoyens dans la prise de conscience de l’importance du parc de bâtiments historiques du Canada.

En tant que président du Historical Buildings Committee de Winnipeg (1980-1989), M. Neville a joué un rôle important dans la conception de critères de désignation des lieux du patrimoine municipal, comme l’exceptionnel quartier de la Bourse, tout en contribuant à titre de président du Conseil manitobain du patrimoine (1989-2001) à établir la politique patrimoniale de la province. Au cours de ses deux mandats à la Commission des lieux et monuments historiques du Canada (1996-2005), il s’est fait l’apologiste de nouvelles commémorations – particulièrement celles ayant trait aux communautés ethnoculturelles – et de la désignation de plusieurs sites de renom, notamment le quartier de la Bourse et le théâtre Walker de Winnipeg, de même que les silos à grains d’Inglis.

Dans la décision qu’il a rendue, le jury du programme de distinctions de la fondation Héritage Canada a également évoqué le talent de communicateur de M. Neville. Au moyen de ses contributions ponctuelles au quotidien Winnipeg Free Press,, il est devenu un protagoniste persuasif dans les campagnes de conservation comme celles visant la sauvegarde de l’immeuble Eaton à Winnipeg en 2001. Il a également apporté des observations éclairées à propos de diverses questions d’urbanisme. Au fil des ans, ces articles ont éveillé l’intérêt de la population à l’égard de la conservation du patrimoine, favorisé le débat et les discussions, et influé sur la politique publique.


2005

George Muirhead, Kingston (Ontario) 

M. Muirhead a commencé sa carrière dans les années 1950, lorsque de nombreux monuments historiques tombaient sous le boulet des démolisseurs. Il a été le pionnier d’un mouvement qui a inspiré les gouvernements municipaux et provinciaux, les organismes patrimoniaux, les entreprises et les citoyens à reconnaître et apprécier l’importance de leur stock d’immeubles patrimoniaux.

Il a été le planificateur en conservation du patrimoine puis le directeur de l’urbanisme et du renouvellement urbain de Kingston. À ces titres, il a prôné la restauration de l’hôtel de ville historique de Kingston, l’établissement du premier inventaire architectural de la ville, la création de la Frontenac Heritage Foundation et la revitalisation du centre-ville – y compris la restauration de divers importants immeubles commerciaux du 19e siècle. Depuis son départ à la retraite, M. Muirhead continue d’influencer les dossiers de conservation en tant que membre du comité rédactionnel communautaire du quotidien The Kingston Whig-Standard, dans lequel il signe fréquemment des articles.

 


2002

Dr. Michael McMordie, Calgary (Alberta)

En ce qui concerne les réalisations de bénévoles individuels, Michael McMordie, de Calgary (Alberta), s'est vu décerner le Prix Gabrielle-Léger. Membre de longue date de la Société pour l'étude de l'architecture au Canada et membre fondateur des Archives canadiens de l'architecture à l'Université de Calgary, M. McMordie a aussi oeuvré, par l'entremise de la Calgary Civic Trust, à la mise en place de mesures législatives visant la protection juridique de propriétés patrimoniales.

Pendant toute sa carrière d’enseignant à l’Université de Calgary et de travailleur bénévole, Michael McMordie a apporté une importante contribution au domaine de la conservation du patrimoine au Canada. M. McMordie fut membre du conseil d’administration et ancien président de la Société pour l’étude de l’architecture au Canada et fut l’un des fondateurs des Canadian Architectural Archives à l’Université de Calgary. De 1975 à 1978, il a présidé le Comité spécial du patrimoine de Calgary, qui a permis la mise sur pied du programme municipal d’aménagement du patrimoine. Entre autres interventions personnelles, il a réussi à assurer la préservation de l’édifice Burns, un point d’intérêt de Calgary érigé en 1913.

Depuis 1998, M. McMordie est président du Calgary Civic Trust, organisme patrimonial local qui favorise le développement de lois et de règlements sur l’application des engagements juridiques portant sur des biens-fonds patrimoniaux.

Le comité de sélection des Prix Héritage Canada a également félicité M. McMordie de son leadership dans le développement  du département d’Études générales à l’Université de Calgary, qui place l’architecture au centre d’un éventail multidisciplinaire. Son engagement lui a valu le poste de doyen du département d’Études générales, qu’il a occupé de 1990 à 1998. Actuellement, M. McMordie est directeur du programme de l’Environnement et des Ressources à la Faculté des études de troisième cycle de l’Université de Calgary.

La Médaille Gabrielle-Léger sera remise à Michael McMordie lors d’une cérémonie qui se tiendra dans le cadre de la conférence annuelle de la fondation Héritage Canada à Halifax (Nouvelle-Écosse) le 27 septembre 2002.


1998

Dr. Chuen-yan David Lai, Victoria (Colombie-Britannique)

Le Dr. Chuen-yan David Lai a consacré de nombreuses années à étudier l'évolution des collectivités chinoises au Canada. On lui attribue le mérite d'avoir, presque à lui seul, assuré la conservation, l'exploitation et l'interprétation du Chinatown de Victoria, un des plus importants au Canada. Sous sa direction, on a restauré plusieurs bâtiments phares et lancé de nouveaux projets d'inspiration. Le Chinatown de Victoria a été designé lieu historique national en 1995.


1997

Janet Bingham, Vancouver (Colombie-Britannique)

Cela fait plus de trente ans qu'à titre bénévole, Mme. Janet Bingham de Vancouver, en Colombie-Britannique, mène une action exemplaire en faveur de la conservation du patrimoine. Au début des années 70, Mme. Bingham a joué un rôle déterminant dans la campagne qui fut lancée pour sauver les quartiers de Gastown et de Chinatown menacés par la construction d'une autoroute. Au fil des années, on l'a retrouvée parmi ceux qui luttaient pour protéger les sites historiques de Vancouver, notamment Parksite 9, qui porte maintenant le nom de Barclay Heritage Square. Mme. Bingham est l'auteure de deux livres : Samuel Maclure Architect et More Than a House : The Story of Roedde House and Barclay Heritage Square.


1996

Ruth Redmond, Niagara Falls (Ontario)

Depuis plus de quarante ans, Mme. Ruth Redmond de Niagara Falls en Ontario, achète des propriétés du site Lundy's Lane Battlefield pour tenter de protéger cette zone historique de l'urbanisation croissante. Ce site est relié à la célèbre bataille de la guerre de 1812. Récemment, par un don généreux, elle léguait ses terres, d'une superficie de trois acres, comme parc historique à la ville de Niagara Falls.


1995

John Woodsworth, Okanagan Valley (Colombie-Britannique)

Né à Vancouver, M. John Woodworth a fait ses études d'architecte a l'Université de Colombie-Britannique. Il a présidé la Société canadienne pour la conservation de la nature et entame sa vingt-troisième année comme directeur du Nature Trust of BC. Dans sa région, la vallée de l'Okanagan, il a assumé la direction de la création d'importants parcs et réserves, dont les parcs Cathedral, le parc de la montagne Okanagan et le parc de lac Kalamalka. à l'échelon national, pendant plus de 20 ans, il fut un des éléments moteurs favorisant l'implantation de la Piste du voyageur Alexander Mackenzie. Cette année, le gouvernement fédéral déclara la route patrimoine national.


1994

John Bland, St. Anne-de-Bellevue (Québec)


1993

Elizabeth Pacey, Halifax (Nouvelle Écosse)


1992

Barbara Humphreys, Manotick (Ontario)


1991

Pierre Mayrand, Montréal (Québec)


1990

Shannie Duff, St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador)


1988

Phyllis Lambert, Montreal (Québec)


1986

Peter Stokes, Port Hope (Ontario)


1983

Stan White, Ottawa (Ontario)


1981

Anthony Adamson, Toronto (Ontario)


1979

Jean Minhinnick (Ontario)


1978

Hartland MacDougall (Ontario)