You are here

Régénération 150

À l’approche des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération du Canada, la Fiducie nationale continue de constituer un solide dossier en faveur de l’investissement dans les lieux du patrimoine qui importent. Il y a nombreux projets de régénération et de réutilisation qui prouvent à quel point le patrimoine aide à dynamiser l’économie. Voici une sélection pour vous inspirer.

Maisons Maria Keary, New Westminster (Colombie-Britannique)

Photo courtoisie de Pattinson Architecture

L'ancienne demeure du photographe pionnier William Notman devient rapidement un point de repère du secteur de la technologie florissante de Montréal. Conçue par John Wells, la maison a été construite en 1845 pour l'ancien juge en chef de la Cour supérieure de Québec (et duelliste célèbre) William Collis Meredith. En 1879, la maison a été achetée par William Notman qui y a demeuré jusqu'à sa mort en 1890. Quelque temps après, la maison est devenue l'hôpital St. Margaret's Home for the Incurables, géré par les sœurs de St. Margaret, qui ont occupé la maison jusqu'à 1991. Au cours des dix prochaines années, la maison a eu plusieurs locataires et ensuite est demeurée vide pendant une décennie. En 2012, la Maison Notman, immeuble patrimonial désigné, a été acheté par la fondation OSMO qui a investi sept millions de dollars pour la réhabiliter avec des fonds recueilli de diverses sources, y compris le financement public, les investisseurs privés et le sociofinancement. Ouverte officiellement en 2014, la Maison Notman, est maintenant la « Maison du Web ». Elle permet à la fondation OSMO d'atteindre ses objectifs de faciliter le transfert des connaissances et de stimuler l'innovation en fournissant de l'espace partagé de travail abordable ainsi que des services de mentorat et des outils de développement aux entrepreneurs en herbe du secteur de la technologie de Montréal.  

École King Edward, Calgary (Alberta)

Photo courtoisie de cSPACE

L’ancienne école King Edward (1912) de Calgary, monument de grès inoccupé pendant 12 ans, est sur le point de revivre. Elle sera cSPACE King Edward, un centre créatif et incubateur des arts. L’école a été achetée en 2012 par cSPACE, une nouvelle entreprise sociale répondant au besoin de locaux abordables pour artistes, organismes sans but lucratif et entrepreneurs sociaux, privilégiant la réutilisation adaptée du patrimoine. Le modèle d’entreprise « combine protection de la communauté et agilité entrepreneuriale », où une collaboration entre secteurs public et privé produit « une opération viable n’exigeant pas des subventions permanentes ». La grande ouverture est prévue pour 2016.

Hôtel Grant Hall, Moose Jaw (Saskatchewan)

Photo par Calvin Fehr

L’hôtel Grant Hall (1927) a accueilli d’innombrables mariages et autres célébrations et joue depuis longtemps un rôle de premier plan dans la vie à Moose Jaw. Après avoir été fermé en 1989, il est resté vide et en proie à la détérioration pendant une décennie. Nombreux étaient ceux qui le croyaient condamné, et des acheteurs prêts à le démolir ont commencé à apparaître. C’est alors que sont entrés en scène Verna Alford et ses frères Alvin et Erwin Beug, qui l’ont acheté et ont entrepris une restauration méticuleuse. En 2013, l’hôtel Grant Hall a été rouvert en grande pompe, combinant de façon créative restaurant et hôtel de luxe avec une maison de retraite et un spa. Décoré dans le style resplendissant des Années folles, il est à nouveau l’endroit où il est bon d’être vu, prouvant le pouvoir de la régénération.

Immeuble Gummer, Guelph (Ontario)

Photo courtoisie de Grinham Architects

Ravagé par le feu en 2007, l’immeuble Gummer de Guelph était sur le point d’être démoli quand le groupe Skyline est intervenu. Nullement intimidé par l’ampleur de la tâche, Skyline a travaillé avec le cabinet Grinham Architects pour faire du Gummer et deux immeubles voisins un nouveau complexe commercial et résidentiel. Construit de pierre calcaire locale vers 1870, l’immeuble néoclassique de style italien tient une place de choix dans le centre-ville de Guelph. Aujourd’hui élégamment restauré et écologisé, le Gummer revigore la collectivité, attirant le public au centre-ville et inspirant de nouveaux investissements dans des immeubles anciens.

Festival House, Ottawa (Ontario)

Photo par Ken Ingram

Un des plus grands festivals de musique en plein air au Canada, RBC Bluesfest, a offert une nouvelle vie à une église centenaire. L’ancienne église unie de Westboro a été méticuleusement renouvelée pour devenir un dynamique carrefour des arts. Située au 450, avenue Churchill Nord, elle a été offerte pour servir de nouveau domicile de l’École de musique et d’art Bluesfest, gérée en partenariat avec le centre communautaire local. Elle abrite aussi les bureaux de RBC Bluesfest, du Festival folk, de l’organisme Festivals d’Ottawa et d’organismes locaux voués aux arts. Le projet de 2 millions de dollars, conçu en 2011, a transformé l’église récemment sécularisée et devenue inoccupée en centre de réseautage communautaire pour les arts et la culture. La rénovation a préservé de nombreux éléments patrimoniaux de l’église – y compris ses vitraux – tout en créant un environnement accueillant pour le personnel des festivals et les membres de la communauté. Les tuyaux d’orgue qui avaient été retirés de l’immeuble ont été réutilisés avec beaucoup d’imagination pour former un corridor à l’étage. La transformation préserve le rôle historique du bâtiment comme lieu de rencontre communautaire.

Maison Notman, Montréal (Québec)

Photo courtoisie de Maison Notman

Avec l'arrivée du Chemin de fer Canadien Pacifique à New Westminster, la pionnière entreprenante Maria Keary a prévu la rentabilité potentielle et a commandé la construction de ces maisons identiques du style néo-Reine Anne en 1887 pour créer des logements abordables dans la communauté en pleine croissance. Elles sont aujourd'hui les exemples les plus anciens des bâtiments spécialement conçus comme propriétés locatives. Cependant, en 2004, les maisons étaient en mauvais état suivant des années de négligence. Depuis, un projet d’un groupe local sans but lucratif a revitalisé les maisons leur donnant un but pour le bien commun. Avec l'aide d'un accord de revitalisation de patrimoine avec la Ville de New Westminster et avec des subventions supplémentaires et autre financement, la Westcoast Genesis Society a entrepris un projet de réhabilitation de 6,5 millions de dollars qui a transformé les maisons en logements supervisés pour des hommes  au risque de devenir des sans-abri, tout en préservant leur caractère historique. Au cours du projet, réalisé en 2010, les maisons ont été soulevées de leurs fondations et reliées par une extension à l'arrière qui s'intègre à leur conception classique. Aujourd'hui les  maisons Maria Keary, la Westcoast Genesis Society fournit des lits de transition allant jusqu'à 20 hommes sans-abri et jusqu'à 15 délinquants de mise en liberté sous condition.

Caserne de pompiers nº 2, Moncton (Nouveau-Brunswick)

Photo courtoisie de Foyers de la jeunesse de Moncton inc. 

La caserne de pompiers no 2, bâtiment patrimonial désigné par la municipalité et situé au centre-ville, est le dernier survivant des quatre casernes de pompiers de briques initialement construites par la ville. Il était vide depuis trois ans quand l’organisme Foyers de la jeunesse de Moncton inc. (FJM) l’a racheté en 2003. FYM proposait de créé un centre de ressources à guichet unique pour les jeunes à risque et les sans-abri dans une communauté ou la toxicomanie, la prostitution, les démêlés avec la justice et le décrochage scolaire étaient tous à la hausse. Au cours du projet, FYM a transformé la caserne de pompiers de façon créative, créant un centre offrant une vaste gamme de services, y compris des possibilités de rattrapage scolaire, de la formation professionnelle, du logement de transition, de l’orientation, du counselling d’emploi et des services pour jeunes délinquants. En même temps, la restauration comprenait la préservation des fenêtres d’origine et la réparation des briques. La tour de séchage des boyaux, avec ses poutres d’origine, a aussi été préservée. Pendant la phase de construction, une équipe de jeunes du Programme de mise en liberté anticipée de l’Établissement Westmorland a travaillé sur le projet avec l’aide de formateurs en milieu de travail. La caserne de pompiers no 2 est maintenant un élément clé de l’infrastructure sociale de Moncton.

Musée et auberge du phare de West Point, West Point (Île-du-Prince-Édouard)

Construit en 1875, le phare de West Point domine le détroit de Northumberland à la baie d’Egmont du haut de ses 21 mètres, étant d’ailleurs un des plus grands phares de l’Île. Son dernier gardien est parti à la retraite en 1963; jusque-là, il habitait le logement connexe. En 1987, des bénévoles entreprenants regroupés sous l’égide de la West Point Development Corporation ont exploité le potentiel patrimonial et touristique du phare pour relancer l’économie locale. La structure détériorée a été réaménagée pour y faire place à une auberge, une chaudrée populaire et un musée. (Le phare est officiellement devenu la propriété de la Corporation en 2002.) L’établissement est aujourd’hui une auberge quatre étoiles. Son succès a ouvert la voie à d’autres entreprises et à des projets communautaires dans les environs.

Ville de Bonavista (Terre-Neuve et Labrador)

Située sur la côte nord-est de Terre-Neuve, la ville de Bonavista (3589 habitants) est habitée depuis le milieu du 17e siècle. Autrefois, Bonavista était un centre de pêche important, mais elle était durement touchée par le moratoire sur la morue du Nord décrété en 1992 et son avenir paraissait incertain. Possédant une vaste collection d'immeubles du 19e siècle et du début du 20e, Bonavista a misé sur ses atouts du patrimoine pour assurer son avenir.

En partenariat avec la Bonavista Historic Townscape Foundation (BHTF), la Ville de Bonavista a élaboré un ambitieux plan de préservation du patrimoine et de revitalisation, y compris un programme d'investissement dans les propriétés historiques, des subventions à frais partagés pour des travaux de restauration extérieure, un appui à une variété de projets de réhabilitation et des projets majeurs d'amélioration au centre de la ville et dans le secteur du port. Bonavista a aussi profité des programmes de développement des compétences pour la formation en menuiserie traditionnelle de travailleurs locaux. Grace à ses efforts, Bonavista a revitalisé la localité et amélioré la qualité de vie des résidents. En 2014, en reconnaissance de ces réalisations, la Fiducie nationale du Canada a décerné le Prix du prince de Galles pour leadership municipal en matière de patrimoine à la Ville de Bonavista.